Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du siteEn savoir plusMacules d’Ophrys
1.13 - La macule des Ophrys possède des extensions axiales et transversales
LA  MACULE DES OPHRYS
par J-P. RING

PREMIERE PARTIE

A la recherche d’un plan fondamental d’organisation
de la macule chez Ophrys aranifera 




1.13 -  La macule des Ophrys possède des extensions axiales et transversales.


L’ observation attentive de la macule chez Ophrys aranifera montre que celle-ci se prolonge autour du champ basal, en formant un collier péristigmatique qui remonte jusqu’aux pseudo-yeux. Il ne s’agit pas simplement du prolongement "en bretelles" du premier segment de la macule, mais de deux segments surnuméraires, en continuité avec la macule.

De même on voit très fréquemment des prolongements maculaires émergeant à la hauteur du premier segment et s’étendant latéralement sur le flanc interne des gibbosités.
Leur développement est plus inconstant.




1.13.1 - Extensions axiales de la macule en collier péristigmatique.

SFO Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée. En savoir plus. La macule des Ophrys. L’apparente continuité entre les segments de la macule (S1, S2, S3) et ceux du collier péristigmatique (S-1 et S-2) rend souvent difficile la visualisation des limites des différents segments.
Diverses mutations, comme la suppression de segments ou la substitution par des segments miniatures peut beaucoup aider à faire ressortir ces limites.


   Exemple de labelle avec substitution du premier segment de la macule
  par un segment miniature.
SFO Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée. En savoir plus. La macule des Ophrys.


   Exemple de labelle avec suppression du premier segment de la macule.
SFO Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée. En savoir plus. La macule des Ophrys.


1.13.2 - Extensions latérales de la macule sur les flancs internes des gibbosités.

SFO Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée. En savoir plus. La macule des Ophrys. Les extensions latérales de la macule, ici en relation avec le segment 1, sont d’un déveoppement très variable d’un pied à l’autre, mais présentent les mêmes caractéristiques sur le même pied.



Ces observations nous montrent que la macule des Ophrys n’est pas une structure isolée mais appartient à un système maculaire intégré et hiérarchisé au sein de l’organisation labellaire globale.
Cette première partie essentiellement descriptive n’a de sens que dans la mesure où nous arrivons à trouver un cadre explicatif unitaire susceptible d’expliquer  la mise en place de l’ensemble de l’organisation labellaire.



<  Page précédente

Page suivante >



 
Articles associés