Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du sitePhotographiePhotos Nature
CHAMPIGNONS d’automne - L’Amanite phalloïde (Amanita phalloïdes) : un champignon mortel à connaître impérativement



PHOTOGRAPHIES NATURALISTES
 ET BIODIVERSITE

CHAMPIGNONS D’AUTOMNE

L’Amanite phalloïde (Amanita phalloïdes)
un champignon mortel à connaître impérativement.

Envoi de Jean-Pierre Ring

 
Malgré toutes les mises en garde on relate tous les ans des intoxications par les champignons dont la plus redoutable est celle causée par l’Amanite phalloïde (Amanita phalloïdes).
L’intoxication phalloïdienne est gravissime car généralement mortelle lorsqu’elle est diagnostiquée trop tard.
Or les premiers symptomes de l’intoxication ne surviennet que très tardivement, généralement 24 à 48 heures après l’ingestion.


L'Amanite phalloïde Amanita phalloïdes, champignon mortel (Photographie Jean-Pierre Ring (SFO PCV)
Photographie : Jean-Pierre Ring
Sèvres-Anxaumont - Vienne (86)
27 octobre 2012

Rejeter systématiquement sans le moindre état d’âme tout champignon présentant les 3 caractères suivants :

- Présence d’une volve, enveloppe blanche en forme de sac à la base du pied. (bien dégager la base du pied)

- Présence d’un anneau retombant sur le pied comme une jupe.
Sur les jeunes exemplaires il correspond à la membrane blanche qui relie le pied au bord du chapeau, masquant ainsi les lames.

- Lames blanches.



Le chapeau est verdâtre, mais attention, la coloration du chapeau des Amanites mortelles peut aller jusqu’au blanc.


L'Amanite phalloïde Amanita phalloïdes, champignon mortel sujet jeune (Photographie Jean-Pierre Ring (SFO PCV)

Photographie : Jean-Pierre Ring
Sèvres-Anxaumont- Vienne (86)
27 octobre 2012


ATTENTION  ! La volve, reste du voile général qui enveloppait l’ensemble du champignon, ainsi que l’anneau retombant en jupe sur le pied, reste du voile partiel qui recouvrait les lames, peuvent disparaître tout ou partie, suite à des actions mécaniques de frottement ou consommés par les limaces.

Le mycophage non averti et inexpérimenté fera donc bien de rejeter tout champignon présentant des lames blanches, car il suffit d’un seul exemplaire dans le panier pour mettre en péril une famille entière.

NB. Le respect méticuleux des recommandations ci-dessus ne prémunit pas contre l’intoxication par d’autres espèces toxiques pouvant elles aussi se révéler très dangereuses.
On se méfiera en particulier de la confusion entre le Clitocybe nébuleux, (Clitocybe nebularis)
comestible et l’Entolome livide (Entoloma lividum) toxique dangereux et responsable avec l’Amanite phalloïde de la majorité des cas d’intoxication graves par les champignons.

(Voir ces deux espèces et leurs caractères respectifs.)






En savoir plus sur l’Amanite phalloïde. (Amanita phalloïdes)
Voir d’autres photos de l’Amanite phalloïde
Connaître les symptomes de l’intoxication phalloïdienne et les recommandations d’urgence en cas d’intoxication par les champignons.
Voir les conseils prodigués par le Centre Antipoisons aux cueilleurs de champignons.









 
Articles associés