Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du siteOrchidées indigènesHybrides
HYBRIDES - Une belle station d’hybrides entre Ophrys aranifera et Ophrys scolopax.









HYBRIDES DES ORCHIDEES INDIGENES.

Une belle station d’hybrides entre les Ophrys aranifera et scolopax.


Texte et photos de Jean-Michel Mathé


 Les Ophrys araignée (Ophrys aranifera) et bécasse (Ophrys scolopax) comptent parmi les plus abondants de Charente, dans les ¾ du département, sur terrain calcaire. Ils se succèdent le plus souvent dans les mêmes stations, O. aranifera, plus précoce ouvrant ses fleurs de début mars à fin avril, O. scolopax plus tardif fleurissant de la mi-avril à fin mai.
 Il existe donc une période où les deux floraisons se recoupent, expliquant la présence fréquente d’hybrides entre les deux taxons.



deux fleurs hybrides entre Ophrys scolopax et Ophrys aranifera
Hybride entre Ophrys scolopax et Ophrys aranifera

Parents Ophrys aranifera et Ophrys scolopax des hybrides
Ophrys aranifera Ophrys scolopax

Population mélangée d'Ophrys aranifera d'Ophrys scolopax et de leurs hybrides
Hybrides O. x nouletii entre Ophrys aranifera et Ophrys scolopax

 Cet hybride, décrit en 1893 par CAMUS, sous le nom d’Ophrys x nouletii, est assurément le plus commun parmi les nombreux hybrides d’Ophrys découverts en Charente. Ophrys x noulettii présente une très grande variabilité, avec des individus montrant plus ou moins de caractères hérités de chacun des parents. L’influence d’Ophrys scolopax se manifeste généralement par un labelle aux bords plus retournés (que chez O. aranifera), une macule plus complexe et des sépales lavés de rose.

Ophrys x noulettii
Ophrys x nouletii entre O. ascolopax et Ophrys aranifera

Les photos présentées ici proviennent toutes de la même station, située dans le NO de la Charente, sur la commune de Rouillac, dans une propriété privée où la pelouse abritait - fin avril 2016 - environ 300 Ophrys scolopax , une quinzaine d’Ophrys aranifera et une centaine d’hybrides, sur seulement quelques mètres carrés . On peut essayer de repérer, sur les différents clichés, l’influence plus ou moins visible de chacune des espèces parentales.


hybride entre Ophrys aranifera et Ophrys scolopax













 
Articles associés