Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du siteOrchidées indigènesHybrides
Dactylorhiza elata subsp. sesquipedalis x Gymnadenia conopsea
Ce rare hybride intergénérique n’est répertorié que dans le seul département de la Vienne à l’exclusion des autres départements du Poitou-Charentes.

Hybrides des Orchidées indigènes

de Poitou - Charentes et Vendée


Dactylorhiza elata
subsp sesquipedalis x Gymnadenia conopsea

( x Dactylodenia )
 

Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vendée Vienne
Les cases en rouge indiquent la présence de l’hybride dans le département.

Photographie :  JP. RING
Savaillé  10 juin 2006
Cet hybride est très rare et n’a été trouvé à Savaillé qu’en exemplaire unique.

La raréfaction des prairies humides encore entretenues, un grand nombre ayant cédé leur place devant l’inexorable avancée du Maîs ou vouées tout simplement à l’abandon, gagnées par les roselières, donne encore plus d’intérêt à ce bel hybride.


Ce Dactylodenia, hybride intergénérique très rare tient évidemment des deux parents.

Si la couleur générale et l’absence d’ornementations colorées sur le périanthe rappellent bien Gymnadenia conopsea, le caractère plus étalé du labelle et surtout la forme de l’éperon rappellent beaucoup plus Dactylorhiza elata subsp. sesquipedalis.
Cet éperon nettement plus long que l’ovaire prouve que le parent Gymnadenia est du type conopsea et non de celui de la forme à éperon court présent dans la même station.
Photographie :  JP. RING
Savaillé  10 juin 2006

L’intérêt de ce Dactylodenia est d’autant plus grand que les parents eux-mêmes présents dans cette région du sud du département présentent des caractéristiques très originales et non encore élucidées. Ces caractéristiques sur les deux espèces parentales sont visibles dans cette même station à Savaillé qui renferme d’une part une forte population de Gymnadenia à éperon court et d’autre part une population de Dactylorhiza qui ne peut être simplement assimilée à D. elata subsp. sesquipedalis, tant les pieds sont grêles et de petite taille et l’éperon peu trapu.

Voir l’article sur les Gymnadenia à éperon court de Sanaillé.
Voir l’article sur les Dactylorhiza de détermination incertaine du sud de la Vienne.

Beaucoup d’hybrides sont rares et présentent un intérêt biologique indéniable.
Leur découverte doit donc être signalée au Cartographe de votre département ou à un des correspondants locaux de notre Association.

< Page précédente Page suivante >

 
Articles associés