Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du siteEn savoir plusMacules d’Ophrys
1.4 Altération du modèle de base de la structure maculaire par disjonction de segments consécutifs
LA  MACULE DES OPHRYS
par J-P. RING

PREMIERE PARTIE

A la recherche d’un plan fondamental d’organisation
de la macule chez Ophrys aranifera 




1.4 Altération du modèle de base de la structure maculaire par disjonction des segments consécutifs.


Ce type d’altération de la macule par disjonction des segments consécutifs, hormis le cas du segment distal, est bien moins systématique que celui par disparition des ponts transverses et tient davantage de l’accident de parcours dans la construction de la macule. Les deux types d’altération sont par ailleurs fréquemment couplés. 
Les images de macules ainsi générées deviennent  très instructives pour suggérer la notion de répétitivité de la struvture maculaire ainsi que les modalités de sa mise en place..


Exemple de disjonction sur une macule à 2 échelons. ( 1 cas de disjonction possible)

 
 


Exemples de disjonctions sur des macules à 3 échelons.  ( 3 cas de disjonction possibles )

 
 


Exemples de disjonction sur des macules à 4 échelons.  ( 7 cas de disjonction possibles )

 
  

Fig. 7 -  Prise en revue des cas de dégradation de la structure maculaire pac disjonction
      entre segments consécutifs.

Le cas de la macule à 4 segments est particulièrement intéressant.
Hormis la disjonction entre les deux premiers segments qu’on trouve occasionnellement, il est extrêmement rare de trouver une disjonction entre les autres segments qui forment un bloc indestructible, et ceci contre toute attente. 
En effet les macules à trois segments montent un segment distal toujours très atrophique presque toujours vestigial sous la forme de virgules ou de points résiduels souvent bien séparés du restant de la macule qui s’effiloche à son pôle distal, et on s’attendrait à ce que le phénomène s’accentue encore au niveau des macules à 4 échelons. 
Or il n’en est rien, bien au contraire. Le 4 ème segment est généralement robuste et verrouille la structure maculaire dans sa partie distale en formant bloc avec les deux segments précédents.
Ceci explique l’extrême indigence de l’illustation pour le dernier tableau, la plupart des combinaisons possibles n’étant pas réalisées.
Cette observation est essentielle pour la suite, en particulier pour interpréter le passage de la structure maculaire à une structure plastronale si complexe, plus spécialement chez Ophrys aveyronensis.


Fig.8 -  Exemples types de macules à 3 et à 4 segments illustrant la différence de
           développement du segment distal.
 

<  Page précédente

Page suivante >


 
Articles associés