Retour à l'accueil du site de la SFO Poitou-Charentes et Vendée

SFO-PCV Société Française d'Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée

Accueil du siteCartographieCartographie 79
Cartographie 79
SFO Société Française d’Orchidophilie de Poitou-Charentes et Vendée. Cette rubrique vous donne accès à la cartographie par espèce des Orchidées des Deux-Sèvres. Dernière mise à jour : 23 janvier 2008.
 
Listes des Articles
Anacamptis coriophora est une espèce rare en Poitou-Charentes comme en Vendée et sa régression paraît inexorable.
Jadis très présente dans les prairies humides du nord au sud du département des Deux-Sèvres, l’espèce est aujourd’hui menacée.
L’espèce se maintient discrètement dans les zones non agricoles des Deux-Sèvres.
Anacamptis palustris est devenu une rareté en Deux-Sèvres comme ailleurs dans l’ensemble du Poitou-Charentes.
L’Anacamptis pyramidalis est répandu dans toute la zone calcaire du département des Deux-Sèvres.
Cephalanthera damasonium est une espèce rare en Deux-Sèvres. On ne la connaît que dans une seule station.
Cephalanthera longifolia est disséminée dans les bois clairs de chênes pubescents du nord au sud du département des Deux-Sèvres.
Cephalanthera rubra n’est présente que dans le sud du département des Deux-Sèvres.
Seulement présent dans le sud des Deux-Sèvres, Dactylorhiza elata est en forte régression.
Espèce peu commune en Deux-Sèvres, l’ identification de Dactylorhiza fuchsii est parfois délicate avec les Dactylorhiza maculata.
Tout comme Dactylorhiza elata, l’espèce Dactylorhiza incarnata est menacée par la disparition de son biotope en Deux-Sèvres
Trop souvent confondue avec la sous-espèce ericetorum, cette plante est rare dans le département des Deux-Sèvres.
Dactylorhiza maculata subsp. ericetorum est sans doute plus répandu dans le département des Deux-Sèvres que sa congénère maculata, les deux sous-espèces étant souvent confondues.
Dactylorhiza viridis est une espèce peu commune en Deux-Sèvres.
Epipactis helleborine est l’Epipactis le plus répandu dans les Deux-Sèvres.
Epipactis microphylla est une espèce rare et discrète en Deux-Sèvres.
Comme pour Epipactis microphylla, la présence d’Epipactis muelleri est très discrète en Deux-Sèvres.
Epipactis palustris est une espèce peu commune en Deux-Sèvres.
Gymnadenia conopsea est peu commune en Deux-Sèvres, l’espèce est disséminée dans le département.
Himantoglossum hircinum est l’une des espèces les mieux représentées dans le département des Deux-Sèvres, tout comme dans la Vienne.
Thermophile et pratiquement dépourvu de chlorophylle, Limodorum abortivum est lié aux sous-bois bien ensoleillés des Deux-Sèvres.
Plus thermophile que Limodorum abortivum, Limodorum trabutianum se révèle plus rare en Deux-Sèvres.
Sans être fréquente dans les Deux-Sèvres, Listera ovata est tout de même bien disséminée, jamais loin d’une lisière.
Du nord au sud des Deux-Sèvres, la présence de Neotinea ustulata est très clairsemée dans les pelouses rases.
Neottia nidus-avis est sans doute plus répandue en Deux-Sèvres qu’il n’y paraît. Sa discrète présence sporadique des régions boisées ne facilite pas sa rencontre.
Ophrys apifera est présente dans la moitié sud du département des Deux-Sèvres, on dénombre plus souvent quelques pieds isolés dans l’autre partie.
Ophrys araneola, espèce à petites fleurs est la première orchidée à fleurir dès mars-avril sur les pelouses calcicoles maigres des Deux-Sèvres.
Dès qu’il y a une pelouse calcicole, Ophrys aranifera ne manque pas de se manifester dans tout le département des Deux-Sèvres.
Ophrys argensonensis, espèce régionale décrite seulement en 1998, est présente sur certaines pelouses calcicoles du sud du département des Deux-Sèvres.
Ophrys fuciflora est un gros Ophrys, rare et très localisé en Deux-Sèvres.
Même si l’Ophrys insectifera est discret, il est un peu partout sur le calcaire en Deux-Sèvres.
L’Ophrys lutea est rare en Deux-Sèvres, seulement présent dans l’extrême sud du département.
Plutôt méditerranèo-atlantique, Ophrys passionis est pourtant bien présent localement dans le sud des Deux-Sèvres, et semble remonter vers le nord du département.
Ophrys santonica est une espèce tardive et rare en Deux-Sèvres.
Méditerranéo-atlantique, l’Ophrys scolopax ne remonte pas au-delà de la moitié sud du département des Deux-Sèvres
« sulcata :sillonné » ou « funerea : funèbre », cet ophrys n’est qu’une seule et même espèce, rare dans les Deux-Sèvres.
Assez bien réparti dans le département des Deux-Sèvres, l’Orchis anthropophora préfère quand même les terrains calcaires bien ensoleillés.
C’est l’espèce la plus répandue dans le département des Deux-Sèvres.
Les bataillons de l’Orchis militaire sont réduits en effectifs et limités en Deux-Sèvres à quelques stations seulement.
Moins rare que l’Orchis militaris, Orchis purpurea est pourtant peu fréquente en Deux-Sèvres.
Orchis simia est peu présente en Deux-Sèvres, l’espèce se concentrant sur deux stations.
Plus discrète que Platanthera chlorantha, Platanthera bifolia est aussi moins fréquente dans le département des Deux-Sèvres.
Platanthera chlorantha est une espèce plutôt bien présente dans le département des Deux-Sèvres.
Pour cette espèce, le département des Deux-Sèvres ne compte qu’une seule station connue depuis près d’un siècle.
Ce Serapias est rare dans le département des Deux-Sèvres.
Ce Serapias est très rare en Deux-Sèvres et n’a été découvert que récemment dans une unique station.
Spiranthes aestivalis est très modeste ; plutôt méditerranéo-atlantique, cette espèce n’est connue en Deux-Sèvres que depuis quelques années, mais dans une seule station prospère.
Trop modeste, Spiranthes spiralis passe souvent inaperçue et pas seulement dans les Deux-Sèvres, d’autant plus que sa floraison automnale n’est pas propice à la prospection du botaniste